Home Revue de presse Journal de la Corse

Les fiançailles du rêve et de la réalité

vendredi 9 août 2013, par Journal de la Corse

Fanfan Salvini à la Galerie Arkane

“Mari prufondu è monti lighjeri, O Fanfan…Tamanta forza ! Tamanta sensibilità  ! U to travaddu mi dà tanta gioia.” C’est l’exclamation admirative qu’Antoine Peretti ; le sculpteur bien connu de Levie, n’a pu réprimer devant les toiles de Fanfan Salvini, exposées à la Galerie Arkane d’Ajaccio.

Il faut dire que l’art pictural de Fanfan Salvini ne laisse personne indifférent, pas même ceux qui en suivent depuis des années les évolutions, parfois surprenantes, comme celles qu’il donne à voir jusqu’en septembre. Surprenante, en effet, la traduction de la légende des “sette nave” qui hante les mémoires de l’Isolella, sur la rive sud d’Ajaccio tout comme celle de “Piana Sininu”. Deux toiles qui, avec une trentaine d’autres, fiançent, de couleurs éclatantes ou nuancées, la diversité du relief corse aux espèces les plus secrètes de sa florissante nature. C’est ainsi que figurent en bonne et belle place, dans la peinture de Fanfan Salvini, les agaves, les cactus, les rhododendrons et les aloès au point qu’ils ont inspiré ce commentaire à l’un de ses admirateurs : “Dans la vie il y a des cactus, dit la chanson, mais sur la toile, ils deviennent des pétales de couleurs”. Mais ce qui fige aussi le regard interrogateur autant qu’ébloui des visiteurs, c’est aussi la “fantômatique” interprétation de sites que les cartes postales ont rendus célèbres. Il en est ainsi des lumineux rochers qui, sur le chemin des Crêtes, laissent la mer colorier de bleu les Îles Sanguinaires, alors que, dans un autre tableau, peint du même endroit, la mer, le ciel et les îles partagent la même et irrandiante couleur d’un soleil au zénith.

Et que dire de la violence des vagues, à l’assaut des rives rocheuses et sableuses du Liamone, dans un fond de montagnes rosies par les derniers rayons d’un soleil couchant. Ou encore d’une vue inédite de la tour de Girolata, sur un fond “d’ombres et de mystères”, comme si le peintre voulait, ce faisant, ajouter au caractère sacré de ce site, inscrit au patrimoine de l’Unesco. Pour autant, les villages ne sont pas oubliés par Fanfan Salvini. Il en est ainsi de Bonifacio, de ses falaises jaunes et de son détroit qui abrite des voiliers blancs, de Piana où le rouge des éperons rocheux et des toits des maisons tranchent avec le bleu de la mer et, enfin, Soveria, vu par... des oiseaux. La nature n’est pas la seule inspiratrice de Fanfan Salvini. Il est aussi un fin portraitiste. Au fusain ou à l’huile, il dessine et peint avce délicatesse des visages, notamment de femmes, comme celui de sa tante Dea dont il a gardé l’un de ses meilleurs souvenirs d’enfance. C’est assez dire la sensibilité de ce peintre. Une sensibilité qui, depuis plus de trente ans, le plonge dans son art auquel il consacre sa vie. Une vie de travail et d’enchantement que de rares expositions lui permettent d’en partager les traces picturales. Avec un succès à la mesure de son incomparable talent.

François Peretti

 

Résidence des Jardins de l'Empereur à Ajaccio
E:Mail: Fabienne Salvini
Téléphone: 06 19 33 76 30